vendee-arctique-message-du-bord-jour-6

Vendée Arctique : Message du bord - Jour 6

17.06.2022

Ça sent la terre, enfin presque ! Une grosse centaine de milles nous sépare encore du point de passage au sud-est de l’Islande, là où toute la flotte va se regrouper avec la course qui est neutralisée jusqu’à nouvel ordre. La faute à des conditions extrêmes pour ceux de derrière, avec déjà des vents qui montent à 60 nœuds. Pour nous, c’est surtout la mer qui est horrible : de face, impossible de tenir autre part que dans le siège de veille. 

Je crois que pour beaucoup, cette première partie de course n’a pas été facile, avec chacun son lot de soucis. Quand l’organisation nous a transféré l’information de l’arrêt au stand, ce fut quand même un soulagement pour nos bateaux. On partait un peu à l’abattoir, sans échappatoire. Et c’est déjà un peu le cas pour certains.

Nous avons la possibilité de nous mettre à l’abri dans une baie, à un corps mort, le temps de laisser passer le gros temps. Attraper un mouillage est un exercice compliqué en solitaire, sur ce genre de bateau, à voir ce que je préfère ente ça et tourner en rond en mer, au risque de casser du matériel.

C’est un sentiment très étrange de passer cette porte, comme si c’était la fin de la course alors que pas du tout ! La route retour est encore longue, mais s’arrêter, c’est un peu comme nous enlever quelque chose… Avec l’organisation de course, nous nous sommes fait surprendre. J’ai hâte de voir la terre, les copains en sécurité et d’en savoir plus sur la suite de la course. La première partie fut éprouvante, engagée et dure. On verra quand il sera possible de reprendre la mer et de faire la deuxième !

                                                                                                                  Photo © Vincent Curutchet / Hublot



SPONSOR