vendee-globe-jour-61

Vendée Globe - Jour 61

07.01.2021


C’est encore un peu Bagdad actuellement, la mer est encore très croisée, très formée et le vent passe de 18 à 42 noeuds. J’ai repris un peu de vitesse, j’arrive encore à tenir Cali, ça fait plaisir. Même si ça reste délicat de tenir La Fabrique dans ces conditions. Et j’ai réalisé le plus bel empannage de ma vie. Sur un surf, c’était fabuleux.

Je n’étais pas très à l’aise, dans 35 noeuds, avec la grand voile à 2 ris. Mais il fallait que je change de bord, ça n'allait pas avec la mer et le vent en bâbord. Avec les déferlantes à moitié de travers, sans pouvoir quiller, je n’avais pas la stabilité pour que le bateau tienne sa route. Je me suis donc lancé et c'est passé nickel ! J'ai vu une déferlante et ça a fait comme en surf : j’ai pris la vague, mis un coup de barre, repris l’écoute, je me suis laissé porter dessus… et hop, la grand voile est passée sans même faire de bruit. J'ai cru tout péter, mais non. 

J’avance mieux sur ce bord. Ça me rallonge un peu la route, mais je ne suis plus à ça près ! Je me retrouve avec la mer presque plein cul et j’ai repris un peu de vitesse. Ce n’est toujours pas dingue, mais j'avance. Normalement, il me reste encore deux empannages puis ce sera route vers le cap Horn, que j’espère atteindre d’ici 4 jours. Ensuite ça devrait être un peu plus maniable. J’ai hâte que ça se calme pour avancer normalement, atteindre au moins les 90% des performances du bateau car là, je ne dépasse pas les 70%. J’ai tout essayé, mais autant dire que l’invention de la quille pendulaire, ce n’est pas con ! Quand ça fonctionne… Là, ça force beaucoup. Soit je suis collé à 11 noeuds et ça va, soit je pousse un peu mais je charge dans les safrans, dans les voiles et dans la quille. Pas très drôle pour mon petit bateau. Et puis du fait de ne plus être angulée, la quille bouge pas mal, elle subit dans les vagues et je vois la tête de quille bouger de l'avant vers l'arrière du bateau. Mais bon, je ne m'inquiète pas plus que ça. Si je devais flipper de tout ce que je vois ou entends, je ne m'en sortirais plus ! 

À bord ça va, je prends mes nouvelles marques par rapport au fonctionnement de La Fabrique. Ça caille, j’ai même eu un grain de neige au petit matin ! Mais à partir de ce soir, les conditions devraient être meilleures, je vais pouvoir aller me balader dans les entrailles du bateau et faire un contrôle général de tout ça. Ça serait bien que j'arrive aussi à changer l'hydro-générateur qu’il me reste, à le passer de tribord à bâbord car la remontée de l'Atlantique se fera principalement en tribord amures. D’ailleurs, je m’attends déjà à une remontée de l’Atlantique compliquée. C’est encore loin mais de ce qu’annoncent les fichiers, ça ne va pas être drôle tout de suite. Au moins jusqu'à Rio. Et surtout, pas super rapide… 

Je vais finir bien loin de mon objectif des 80 jours ! Mais bon, mêmes les leaders sont loins de leurs objectifs… Je risque même de dépasser les 90 jours là, je vais devoir faire très attention niveau nourriture. Normalement ça le fait, car cela fait déjà plusieurs semaines que je me « rationne » un peu. Le seul problème, c’est que pour le moment, je n’ai aucune idée de ma perte de vitesse sur d'autres angles que le portant dans la baston. 

Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique 



OFFICIAL SPONSOR