alan-le-4-fevrier-2021

Alan, le 4 février 2021

04.02.2021


Joint par l'organisation du Vendée Globe jeudi matin, Alan revenait sur le plaisir retrouvé de naviguer en flotte et en mode régate, dans la dernière portion avant l’arrivée.


« Je suis dans la descente du bateau avec un petit café à la main, j’attends le jour avec impatience, histoire de voir un peu l’état de la mer. On a une mer un peu compliquée, de face, ce n’est pas très agréable, surtout que maintenant on est au portant. Sinon tout va bien, c’est un gros match race entre 4 bateaux, ça sent une fin qu’on n’oubliera pas de sitôt !

On a un bel anticyclone assez énorme à contourner. Il va falloir serrer les dents, mais normalement on devrait atteindre des vents un peu plus conséquents qui devraient nous pousser jusqu’au Nord de la Corogne. Il reste environ 5 jours avant l'arrivée, c’est assez rapide. La météo a vachement évolué depuis quelques jours, mais là ça a l’air de se stabiliser un petit peu, je pense qu’on peut miser sur une arrivée le 10 au petit matin. J’ai pris une option un peu plus Ouest que les autres dès le début et j’ai l’impression que ça commence à payer. C’est bizarre de faire de l’Ouest pour faire de l’Est derrière, mais c’est un Vendée Globe différent !

Je n’échange pas beaucoup avec Kojiro, mais on devrait s’avoir en visu, il ne doit pas être très loin de moi, donc on risque d’échanger si on arrive à se chopper. J’attends de voir à l’AIS quand ils commencera à apparaître, mais forcément il va plus vite et je ne peux rien faire. Mais il y a moyen de se croiser et de se voir si la météo et la visibilité sont correctes. 

Autant les trois premiers quarts de la course ont été hyper durs à accepter, je n’ai pas pris énormément de plaisir, autant depuis le cap Horn, je prends mon pied à essayer de naviguer complètement différemment. On a des conditions qui sont très variables, ça change tous les jours, il faut être hyper concentré. J’espère que ça sera comme ça jusqu’au bout pour finir ce Vendée Globe sur une belle note. Je prends beaucoup de plaisir à regarder les nuages, la mer, à essayer de passer du temps avec mon bateau, même si je pète encore des plombs parfois. Forcément quand la météo change, tu passes de “en 7 jours je suis à la maison” à “en 12 jours je suis à la maison” car un truc se met en travers de la route… Je suis content d’être là, au fur et à mesure que les jours passent, je me dis que j’ai fait une course pas si dégueulasse que ça, que je ne m’en sors pas trop mal avec toutes mes avaries. Je suis content de terminer ce Vendée Globe !

Clarisse, elle est partie trop vite dans le Sud, ce n’était pas cool (rires) ! Elle a fait une course à l’image de ce qu’elle a pu montrer jusqu’à aujourd’hui sur tous ses projets. Elle a su gérer son bateau et elle-même du début à la fin de manière incroyable. Elle a fait une course à son image, il n’y a pas eu d’erreur. Elle a su lever le pied quand il fallait, pousser quand il fallait aussi. Elle a réalisé un truc magnifique ! » 

Image d'illustration © Pierre Bouras / La Fabrique 



OFFICIAL SPONSOR